AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 ty helgeson ♛ l'alcool enlève les inhibitions

Aller en bas 
AuteurMessage
Spleen Cluesbell

Spleen Cluesbell

MESSAGES : 4
COPYRIGHT : MishMish
JOB : assistante commerciale
ADDRESS : nyc
HEART STATUS : coeur à prendre, ou en voie de l'être

ALL THE RIGHT MOVES -
AGE :
PRIORITY :
THE THORNY RELATIONSHIPS :

ty helgeson ♛ l'alcool enlève les inhibitions Empty
MessageSujet: ty helgeson ♛ l'alcool enlève les inhibitions   ty helgeson ♛ l'alcool enlève les inhibitions Icon_minitime1Dim 4 Sep - 10:12

ty helgeson ♛ l'alcool enlève les inhibitions Tumblr_loy7p9HEzF1qa1iyl
Je ne suis pas tout particulièrement portée sur l'alcool, parce que je ne le supporte pas le moins du monde. J'ai l'air idiote chaque fois que je cède sous la tentation d'un bon verre de vin, parce qu'on finit toujours par remplir de nouveau ma coupe et me voilà parti dans un brouillard sans fin. Je déteste perdre le contrôle de moi-même, puis d'ailleurs, sous influence, on a toujours une fâcheuse tendance à faire des trucs que l'on regretterait à jeun. Oh, je ne suis pas passée à côté de la chance de faire des conneries à la fac, mais j'en suis pas tellement fière. J'aurais bien voulu me rappeler de quelques occasions, rien que pour être certaine que j'avais appréciée comme il se doit, mais ce n'est pas le cas. C'est pour cette raison que je refuse normalement la moindre invitation à consommer de l'alcool. Je préfère la nicotine, d'accord, ça créé une dépendance qu'on ne voit pas venir, mais au moins, ça nous donne simplement envie d'en griller une, pas de s'assoir sur les genoux du premier venu. Pourtant, j'ai appris - et pas à l'école, cette fois - que pour complaire à un client, il faut aller dans les endroits où il se sent à l'aise, le rendre enclin à faire des affaires nécessitent parfois un sacrifice de soi, comme là, maintenant. Je suis au Il Panorama, parce que c'est l'endroit préféré de Padma O'Malley, artiste émérite que mon patron désire à tout prix obtenir les droits d'affichage. Un bar à vin, un endroit tout à fait charmant pour un 5 à 7, sauf qu'il est question de consommation. J'ai cédé à une coupe, sous la pression de madame O'Malley. J'en suis à ma troisième, et honnêtement, je crois que la conversation n'a plus rien à voir d'un point de vue professionnelle, ni pour elle, ni pour moi « J'en suis à mon deuxième divorce, vous pouvez y comprendre quelque chose, vous? ». Un éclat de rire qui ne signifie pas le moins du monde qu'il existe la moindre sobriété dans cette voix. Elle commence à me parler de son mari, qu'elle aimait bien, mais qui préférait de loin sa jolie assistante sans enfants qu'une artiste prise mère de deux gosses en bas âge. Je la plains, en tout cas, j'ai pas attendu qu'il me fasse des gosses ou qu'il me trompe - du moins à ce que je sais - avant de le quitter, Darius « C'est peut-être la meilleure chose qui peut vous arriver, vous savez. Être seule, c'est pas plus mal. Un univers de possibilités s'ouvre à vous ». Elle réfléchit, son visage exprime tout entier cette réflexion. Je souris, passe la main dans mes cheveux, rougit probablement en songeant à cette possibilité que je côtoie passablement souvent ces derniers temps, sans savoir où cela risque de me mener. J'affectionne tout particulièrement la sensation que me fait ressentir Ty au fond de mes tripes, de sa façon suave de parler, son air séduisant, ses manières charmeuses, à croire que je suis déjà perdue. C'est sans doute la raison pour laquelle je tente vainement de garder la maîtrise de moi-même quand il est là, parce que ce ne serait pas du jeu de lui laisser voir à quel point je me sens fondre quand il est dans les parages avec sa fâcheuse, mais complètement séduisante façon de draguer « Vous pensez à quelque chose en particulier, Spleen? Ou à quelqu'un ? ». Je rougis pour de bon, et ça la fait tout bonnement éclaté de rire. Je mords l'intérieur de ma joue, porte cette troisième, quatrième, je ne sais trop, coupe à mes lèvres. Je ne le goute plus vraiment, mais au prix qu'il apparaitra sur Visa, ça doit être un truc bien « Allez, parlez-moi de cette mystérieuse possibilité ». Je ne sais pas si c'est l'alcool ou encore le professionnalisme qui m'embrume l'esprit, mais je lâche « Exposez pour nous, et je vous raconterai ». Elle me dévisage, perplexe, avant qu'un sourire se forme lentement, mais surement, sur ses lèvres. Visiblement amusée, elle hausse les épaules « Vous êtes un requin, mademoiselle Cluesbell ». Mais ça marche. Ça l'intrigue. Ça l'enchante. Et ce serait faux de dire que ce n'est pas mon cas...

" Est-ce que l'on teste une puissante rutilante en cette belle soirée, monsieur Helgeson? ". Je sais que ce n'est pas une bonne idée de lui envoyer un SMS alors que je suis embrumée par l'alcool, mais je ne saurais m'en empêcher. J'ai une furieuse envie de le voir, d'entendre sa voix, de sentir sa paume se déposer au creux de mes reins et de me rapprocher de lui, de manière que je sois complètement abrutie par l'odeur envoûtante de son parfum. Padma a déclaré forfait il était près de vingt heures, et me voilà dans l'Old City en beau milieu de soirée, pas fatiguée du tout, assise en tailleur sur un banc, regardant les gens qui passaient, les couples, les familles, les âmes esseulées, avant de penser à mon propre désir latent. J'envoie donc le texto sans espéré une réponse, je suis davantage portée à attendre que Ty me contacte qu'à faire les premiers pas. Pourtant, qui sait, ce soir, c'est peut-être le temps de changer la donne... est-ce l'alcool qui parle? Je mords ma lèvre inférieure, regarde un peu plus loin, porte ma cigarette à mes lèvres. S'il me répond, c'est un signe du Destin, si ce n'est pas le cas, je connais un tas d'endroits dans le coin où je peux aller me changer les idées, et au besoin, boire encore. D'accord, ça ne sonne pas comme une idée géniale, parce que j'ai déjà légèrement la tête qui tourne. Je sursaute, d'ailleurs, quand mon portable vibre sur ma jambe. Trop vivement, parce qu'une vieille dame me regarde drôlement pour le coup. Tant pis. Je porte l'écran à portée de vue, sourit en regardant la réponse " Non, pas les jeudis en soirée, tout de même. J'attendais de vos nouvelles, en fait ". J'ai conscience qu'il se veut marrant, mais ça me fait sourire comme une idiote. Je ne sais vraiment pas ce qu'il me prend. Je lui réponds, et de fil en aiguille, je finis par lui dire où je suis, entre deux bribes. Sa réponse ne se fait guère attendre " Je suis à quelques minutes de là, attendez-moi ". Je ne m'attendais pas à ça. Je le voyais plutôt traîner dans un immense loft dont il est propriétaire, ou encore être en réunion avec les associés de cette compagnie dont il est l'héritier. Plutôt logique qu'il se tienne dans ce coin de Philadelphie, c'est celui de la classe bourgeoise, et j'y ferais tâche si je n'étais pas sur mon trente-et-un. Me voilà donc immobile, pompant sur ma clope, en guettant l'arrivée impromptue de Ty Helgeson, le coeur battant, une drôle d'impression me collant à la peau. Je sors un miroir de mon sac à main, replace mes cheveux par principe, dépose du gloss sur mes lèvres, puis lisse la robe étroite couleur crème. Outre ça? Oh, je me traite mentalement d'idiote, mais c'est si peu surprenant que je me contente de le faire par habitude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
ty helgeson ♛ l'alcool enlève les inhibitions
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Biere sans alcool super U
» Quand l'organisme retient l'alcool
» Alcool isopropylic ? Isopropanol? a friction ? Je sais plus
» alcool isopropyle
» parlons alcool !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
POSTCARDS FROM FAR AWAY :: PHILADELPHIA ➨ CENTER CITY :: OLD CITY.-
Sauter vers: